« C’est très compliqué, on a du mal à s’y mettre. Je me prends la tête avec son papa car on n’est pas vraiment d’accord : moi j’aimerais que ce soit organisé, qu’Ezio travaille toujours à la même heure, à peu près le même temps. Il n’a que 8 ans, on arrive à comprendre le travail. Avec une bonne organisation, ça pourrait se faire. Mais avec son papa, ce n’est pas rythmé, c’est un peu du brouillon. Moi j’ai arrêté de me battre, car j’ai la petite de 8 mois qui me prends beaucoup de temps, et je ne peux pas être trop présente pour le travail d’Ezio. Je laisse les garçons se débrouiller. J’ai quand même appelé la maîtresse deux ou trois fois pour qu’elle nous explique des choses. Elle fait très attention aux élèves, elle travaille beaucoup en ce moment.

On a un ordi mais pas d’imprimante, du coup on demande à des amis ou bien on fait directement avec l’écran. Au début il y a eu beaucoup d’un coup, ça nous faisait paniquer : « On n’a pas fait hier ni avant-hier ! » On avait la pression. On reçoit beaucoup de mails de la maîtresse, du coup quand j’ai un peu de temps pour m’y mettre avec Ezio j’ai du mal à me repérer entre ce qui est fait, ce qui reste à faire… Il faudrait qu’on les supprime au fur et à mesure.

Le fait que ce ne soit pas rythmé ça n’aide pas, je pense, il faut vraiment insister pour qu’Ezio s’y mette. Par contre, la maîtresse les prend une fois par semaine en webcam, quatre élèves à la fois. Elle leur fait écrire des phrases, elle leur donne des consignes pour la fin de la semaine… Là, on le laisse avec elle, et ce n’est plus pareil : dès qu’il voit la maîtresse, c’est du sérieux ! »

Stéphanie, maman, d’Ezio, 8 ans

Laisser un commentaire